Tu es à moi

Quelques minutes de réflexion sur le sacro-saint Amour…

Qu’en est-il véritablement ?

N’est-ce pas un leurre, encore ? Posons nous la question de savoir pourquoi nous aimons.

On imagine à la base le seul sentiment désintéressé, le seul dénué du noir de la nature Humaine, celui qui transcende. Oui, ok, quand on est à l’école primaire, on peut y croire…mais à bien raisonner, il n’échappe pas au mécanisme de nos pulsions et de la gratification que l’on recherche en permanence…On aime l’autre rarement pour l’autre, mais plus souvent pour soit. Parce que l’autre nous apporte une gratification, un plaisir. Et si l’autre disparait, ce n’est pas tant sa présence qui nous manque mais le bien-être qu’il nous apportait. Notre système nerveux, façonné par nos origines socio-culturelle cri de ce manque. De la même manière, si l’objet de notre gratification apporte du plaisir à quelqu’un d’autre, notre désir de dominance se trouve meurtri…et la jalousie débarque, furie tapie dans l’ombre de nos peurs.

L’amour, et c’est relativement désagréable à écrire, est la résultante d’un désir égoïste, quelle que soit la forme qu’il prenne…

Comment croire que nos pulsions soient uniques ? Comment penser que l’autre n’a d’autre désirs que de satisfaire celui qu’il aime ?

De fait, est-il possible de s’abandonner ? De renoncer à vouloir maitriser les pulsions de l’être aimé ? Difficile dans un contexte judéo-chrétien, difficile dans un milieu de consommation, de propriété.
Dur dur de se départir de ce schéma gravé dans ce que nous sommes…Peut-être impossible d’ailleurs, alors que ce serait la seule solution pour vivre en harmonie, accepter les désirs de l’autre, les reléguer au second plan pour laisser s’épanouir un amour libre de la volonté d’appartenance, libre de toute dominance, dans le respect de l’autre, sans entrave.

J’aimerais y arriver, mais honnêtement, suis-je assez fort ?

Et ça me colle de mauvaise humeur !

Publicités

4 Réponses to “Tu es à moi”

  1. No more hope Says:

    Et là où l’amour n’existe pas, la raison, elle aussi, est absente.

  2. Grise ou bleue Says:

    Sur les flots, sur les grands chemins, nous poursuivons le bonheur. Mais il est ici, le bonheur.

  3. naroic Says:

    « Je m’interroge : quand donc les hommes cesseront-ils de s’interroger? Quand renonceront-ils définitivement à la théorie, et au mystère? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :