Katimini

Quand je t’ai vu
Dans ces draps dégueulasses
Sa main sur toi
A t’en laisser des traces

J’ai pas pu, j’ai pas pu

T’avais l’œil aussi trouble qu’avec moi
Posé sur lui, couché là
Ton corps laiteux sur ses pensées
Couché sous lui, les draps jetés

J’ai pas pu, j’ai pas pu

Tes reins pris, dans son étau
Tes cris rauques, en bon écho
Courbes aussi douces
Offertes à d’autres,
A ces passants d’un soir
Minables bien sûr

J’ai pas pu, j’ai pas pu

Ton regard me croise comme halluciné
J’allume la lumière pour te faire comprendre
Mes yeux suffisent à me défendre
Ils te punissent et te salissent
T’es plus à moi, t’es une actrice

J’ai pas pu, j’ai pas pu

Me tourne comme ça, comme sur un malentendu
J’suis plus à toi
Je retourne sur mes pas
Chacun effaçant nos terribles ébats
Gommant l’émoi de tes seins dans mes mains
Mes poings fermés, heureux d’être entiers
Pas incrustés dans un visage tuméfié

J’ai pas pu, j’ai pas pu

Publicités

2 Réponses to “Katimini”

  1. Anonyme Says:

    J adore ce texte !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :