Douce

Ma douce,

En cette année tumultueuse à peine débutée, j’ai appris tes tourments.

Ils me sont bien pénibles à entendre et je t’envoi cette lettre pour te dire ma compréhension.

Sous l’ombrelle, à l’écart du kiosque, dans ce jardin maintes fois arpenté, j’ai le loisir de m’épancher. Elles sont si loin ces années folles qui nous portaient, et pourtant si proches, tu es comme le fantôme évanescent qui vient me toucher lorsque je me dissipe.

J’eu désiré être là, avec toi, dans ces moments terribles pour te dire ma foi en toi, hélas, je suis loin et le seul outil est ma plume pour toucher ton esprit.

ici le pays est aride et hostile, mais il m’apporte enseignements. Ton âme aujourd’hui est meurtie et déchirée, tes pensées tournent à t’en donner vertiges et folies.

Plonge en toi, ton apaisement en dépend. Dédaigne les drames inopinément nés en toi. Ecoute toi et tout deviendra plus simple.

Sois heureuse, vis ce jour le regard tourné vers l’autre.

Ta douce

Ludmila

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :