Cioran – Le crépuscule des pensées – 1 –

On est incurablement pris au leurre de la vie, lorsque en regardant le ciel dans les yeux d’une femme, on ne peut oublier l’original.
Pouvoir souffrir avec folie, courage, sourire et désespoir.
L’héroïsme n’est que la résistance à la sainteté.
Le danger, dans la souffrance, c’est d’être gentil : d’endurer avec compréhension. Ainsi, de l’homme qu’on était, fait de chair infiniment mortelle, on se sent glisser en une icône.
Ne deviens pour personne exemple de perfection; détruis en toi tout ce qui est figure et modèle à suivre.
Que les hommes apprennent de toi à craindre les voies de l’homme. Tel est le but de la souffrance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :