Archive for the Les Mauvaises Humeurs de Watt Category

Quand TF1 se découvre une conscience

Posted in Les Mauvaises Humeurs de Watt on 18 octobre 2010 by Le Grand Méchant Loup

« Angela Lorente , directrice de la télé réalité et du développement à TF1, a déclaré dimanche au cours de l’émission de France 5 Médias , le mag, avoir refusé un projet de télé-réalité récemment acheté par France 2, intitulé La semaine où les femmes sont parties.

Invitée dimanche dernier dans l’émission de Thomas Hugues , Médias, le magazine sur France 5, Angela Lorente, grande prêtresse de la télé-réalité en France, a déclaré avoir refusé un projet d’émission récemment acheté par France 2. Il s’agit de l’adaptation du format britannique La semaine où les femmes sont parties. Il s’agit de voir comment plusieurs hommes vont se débrouiller après le départ de leur femme.

« J’ai refusé ce projet parce que c’est trop macho, a déclaré la responsable de la télé-réalité sur TF1. Ca donne une image négative de la femme de vouloir démontrer son importance dans un foyer. C’est pour cette vision misogyne du projet que j’ai refusé. » a expliqué Angela Lorente.

Du côté de France 2, la chaîne voit la chose autrement et a précisé dans un communiqué « qu’il s’agira d’un magazine, où il n’y aura pas d’élimination, pas de tournage 24 heures sur 24, ni les codes de la téléréalité d’enfermement. »

Si elle se fout pas de la gueule du monde celle-là. Nous faire le coup de la bonne conscience après des années à avoir imposé aux plus jeunes des émissions débilitantes, à avoir tiré vers le plus bas que terre une société qui n’avait pourtant pas besoin de ça…

Oui, alors l’image de la femme, vraiment nous chez TF1, nous avons des valeurs.

Fuck.

Nous balancer ça après les dizaines de projets minables auxquels nous avons eu droit, c’est un peu l’insulte suprême, celle qui fait déborder le vase, qui amène la cruche à l’eau, qui nous chie dans les bottes quoi…

BOYCOTT…maintenant ça suffit..

Publicités

Sise là

Posted in Les Mauvaises Humeurs de Watt on 23 juillet 2010 by Le Grand Méchant Loup

Elle était entrée là, un peu par hasard peut-être, un peu par envie aussi, sans jamais se départir de cette langueur exagérée, honteusement vaporeuse.
Assise de côté, la jambe gracieusement repliée sur son genoux, laissant flotter du lin blanc sur ses cuisses, elle était là pour se sentir observée. C’était une de ces nature que certains croisent sans pouvoir en détacher leurs yeux.

Pourtant, son regard n’avait que ce petit parfum d’érotisme de supermarché.

Une plastique dotée d’un petit tunnel en guise d’univers, tellement lisible, tellement prévisible qu’il devenait comique de la regarder du coin de l’oeil, en écoutant tout à fait autre chose. Et plus le coin de l’oeil insistait, plus l’assurance de cette femme à l’âme en solde transpirait, l’éclat fier de ces yeux n’en finissait pas de grandir, faisant semblant de ne rien voir, jusqu’à lui procurer une aura presque Christique !
Le jeu n’était que trop beau finalement, chaque mouvement devenait de plus en plus lent, une femme lascive, directement sortie d’une école d’actrice pour star Américaine de séries B.

Et c’est à cet instant, que le jeu des apparences prends corps, chacun ne comprend l’autre que par sa propre idée qu’il a de lui-même. Voici la raison même pour laquelle il est souvent compliqué de vivre ailleurs que dans une grotte, à manger de la mousse et à boire le jus noirâtre des parois.

Voilà d’où viennent les éternelles incompréhensions des Hommes, d’un genoux dénudé.

C’était mieux avant…

Posted in Les Mauvaises Humeurs de Watt on 22 juillet 2010 by Le Grand Méchant Loup

Paris, c’était mieux avant, de cette époque où les serveurs dans les brasseries avec encore cet air de ne pas y toucher, cette pointe d’humour à froid qui permettait de se sentir amicalement agressé. Dix ans à peine auront suffit à voir disparaitre ces connivences de tous les jours. Quelques mois, quelques jours, quelques changements de monnaie.

Qui auraient pu prévoir que l’euro allait nous impacter aussi fort ? Et pas seulement dans le volume de nos caddies, ou le rétrécissement de nos loisirs…c’est une ère de scories d’humanité qui a disparue.

Paris devient définitivement une ville sans échelle, sans âme. Le stress y règne en maitre, les Hommes sont durs, partout, les petits mots gratuits se sont évaporés et laissent place aux regards tantôt agacés, tantôt méprisant, quand ce n’est pas la haine qui transpire.

Tout va trop vite, encore plus maintenant, tout est impersonnel, encore pire qu’avant.

L’euro nous a vidé, laminé, les pourboires ont disparus, les frustrations se sont développées.

Et comme si cela ne suffisait pas, les libertés s’amenuisent, il ne reste qu’une peau de chagrin pour en essuyer les traces.

Bientôt, les scènes de violences exploseront, c’est déjà amorcé, il suffit de voir le déroulement du 14 juillet de cette années, avenue de flandre, pour s’en rendre compte. Et la seule réponse apportée, c’est la répression. Pauvres Hommes aveugles qu’ils sont, ces gens au pouvoir, pauvres orientations étroites, riches aveuglements du modèle qui va craquer…

Et ça ne sera pas joli à voir.

Les illusions

Posted in Les Mauvaises Humeurs de Watt on 9 juin 2010 by Le Grand Méchant Loup

La mode de l’Homme est à la liberté. Depuis quelques centaines d’années maintenant, l’Être Humain dans toute sa magnificience a décidé de vivre libre.
Je me réjouis de voir cette liberté s’étendre, s’infiltrer, s’imposer comme une évidence peu à peu, continent par continent.
De part le monde, les Hommes libres sont désormais heureux, au diable les interdits, à l’eau les despotes, que disparaissent les aliénations d’antan, plantées là par le désir cupide de posséder l’autre…et le reste.

Combien nous jubilons, à quelle hauteur élevons nous cette grâce du ciel qui nous permet de décider selon notre conscience…Nous vivons libre, affranchis.

Certains ont des doutes ? Qu’à celà ne tienne, d’autres se chargeront de leur ouvrir les yeux. Ou de leur fermer.

Et moi j’en pleure sous mes paupières clignotantes. Cette bonne pensée distillée en prétexte, ce bien commun, utile à personne, affiché en programme électoral, érigé telle la vérité Divine, la seule, l’entière.

Nous savons ce qui est bon pour tous.

Voilà la baseline honnête qui devrait orner chaque façade gouvernementale, juste en dessous du logo du « pouvoir ».

Et le pire, c’est que tout cela est probablement vrai. Pourquoi tant de gens y croient si ce n’est que mensonge ?

Pourquoi une minorité détiendrait-elle une vérité face à la majorité ? La vérité n’est vraie et valable que si elle est partagée.

Mais comment expliquer qu’une autre minorité soit à l’origine de cette vérité unique ?

Et c’est là, que le parallèle entre religion et gouvernance devient évident, comme une lumière de bloc opératoire. Les mécanismes sont les mêmes, seuls les mots changes, adaptés au fil des tendances, des époques, des modes.

L’état veille avant Dieu désormais, et les deux conjuguent leurs talents dans ce qu’ils ont de meilleur.

Jamais l’Homme ne s’est senti aussi libre de ne plus pouvoir rien faire. Ou alors, sous couvert, après l’approbation des omnipotents. Et chacun redemande une dose de privation pour calmer ses peurs, pour satisfaire des désirs qu’on lui a insufflé, pour pouvoir continuer à se mentir impunément, aveuglément.

Les lois, les commandements, le respect et l’amour, la tolérance, le progrès, le confort, la douceur de vivre en sécurité. Autant d’armes dans des mains qui se serrent entre elles et se tapent sur les épaules de contentement, se congratulant de la transmission certaine à la prochaine génération. Riant du ridicule du petit, de l’aveugle, du handicapé, du pion.

Et ces mêmes pions, persuadé de la véracité de leur vie, se transforment, en plus, en soldat dévoués, corps et âmes, pensant être des freelance travaillant pour eux, ou presque. Les théories les plus farfelues voient le jour, autant chez les conformistes que chez leurs anti…Et les deux camps se leurrent. Les deux deviennent agressifs, morbides, avec leurs codes, ce qu’il convient de faire et dire pour être partie prenante d’une « famille »…d’une armée…putains de zombies télécommandés.

Restent-ils des observateurs cyniques ? Qu’a-t-on fait aux penseurs qui voyaient, et qui parlaient, décrivaient ? La muselière psychologique, mercantile et éducationnelle a fonctionnée. Du siècle des lumières nous arrivons au siècle de utube, même plus cathodique.
La pensée a été anihilée, la conscience individuelle n’existe plus, la lucidité s’est barrée au fond des chiottes d’un système qui veut le « bien » de tous.

Rien n’a changé depuis les temps de la nuit.

Tout est pire.

Même le sigle anarchiste a déserté les collèges.

Qui aura le courage de fuir ?

Gnia-gnia-gnia-gnia-gnia

Posted in Les Mauvaises Humeurs de Watt on 27 mai 2010 by Le Grand Méchant Loup

Voilà, difficile de faire moins évocateur que ce titre…je vous le concède…mais quel est le sens caché, quel est la lecture en deuxième rideau ?
Cette fameuse seconde analyse des choses, le vrai sens derrière le mot.

Ok, ok, je ne jette pas la pierre, car chacun est seul dans sa tête…

Bref, tout cet alambic pour simplement lancer quelques mots sur les objectifs et leur absolue futilité.

Avoir un objectif ne sert à rien, fondamentalement, vouloir atteindre un objectif n’est qu’un leurre, le seul interêt réside dans le chemin que l’on parcourt vers cet objectif…imaginez un monde où ceux qui se persuadent d’être parvenu à combler leurs désirs existe…qu’en serait-il alors ? Un grand vide, un immense rien, un conglomérat d’insipides…

La vraie richesse réside dans la découverte, dans le parcours, encore et toujours…et tant que l’on a à découvrir, on est…

Vivant…

Bordel.

Marcher sur la route me met peut-être de mauvaise humeur, mais rester planter là à regarder les autres passer me frustrerait à coup sûr.

Le randonneur.

Le Bio n’est pas bon ?!

Posted in Les Mauvaises Humeurs de Watt on 21 mai 2010 by Le Grand Méchant Loup

France – Les chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) ont publié un rapport dans lequel ils mettent en évidence le peu de différences observées entre les produits issus de l’agriculture biologique (AB) et ceux issus de l’agriculture conventionnelle (AC). Lire la suite l’article

Les aliments bio ne seraient pas plus bénéfiques que les autres
Les résultats publiés dans Les Cahiers de nutrition et de diététique montrent que « les faibles différences observées entre aliments AB et AC n’ont aucune répercussion significative sur la nutrition et la santé ».

Aucune différence marquante n’a été relevée pour les glucides, les minéraux et les oligo-éléments dans les aliments analysés, et l’affirmation faisant cas de teneurs plus élevées en magnésium dans certains légumes n’a pas été confirmée.

Les chercheurs ont également constaté que les céréales AB étaient plus pauvres en protéines, tandis que certains légumes AC étaient parfois plus riches en nitrates.

Pour les légumes et les fruits, les études les plus nombreuses et les différences les plus significatives concernent la vitamine C et les autres phyto-microconstituants antioxydants. Des teneurs plus élevées en vitamine C et en polyphénols, mais des teneurs plus faibles en caroténoïdes, ont souvent été observées en agriculture biologique, sans effet démontré sur le statut antioxydant sanguin.

Le but de cette revue était d’actualiser le rapport publié en 2003 par l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) sur l’évaluation nutritionnelle et sanitaire des aliments issus de l’agriculture biologique. Celui-ci concluait lui-aussi que les différences de composition chimique avec les aliments issus de l’agriculture conventionnelle étaient faibles et sans signification dans le cadre d’un régime alimentaire global.

D’accord, ok, pourquoi pas…mais encore une fois, on sert à la terre entière une vérité partielle…qu’en est-il des pesticides, des engrais chimiques ? Ne laissent-ils aucunes traces sur et dans les produits ?

Mais, serait-ce que l’industrie agro-alimentaire conventionnelle verrait ses ventes chuter ? Verraient-ils une concurrence à abattre se développer ?

Alors peut-être que le AB n’est pas plus bénéfique, mais s’il était moins maléfique ?!

Je laisse ces maléfices sorciéreux en position et reste de mauvaise humeur.

Bonne âmeur humoureuse

Posted in Les Mauvaises Humeurs de Watt with tags , , , , on 9 mai 2010 by Le Grand Méchant Loup

Avec des « et si », on règle tout.

Avec des « pourquoi » on répond à tout.

Et si la vie devait se prendre au deuxième degré, avec ce cynisme propre à certain, alors le pourquoi ne deviendrait qu’une plaisanterie qu’on lance à l’assemblée, si fort qu’il en perdrait son sens premier. Et le sens lui même, bête hideuse parfois, souvent lorsque tant de mots sont là pour le nommer, muterait en hydre clownesque aux faces maquillées.

Loin de la dérision et de l’absence d’interêt toutefois, loin d’un amour nécessaire à donner, juste recul des choses, pour pouvoir offrir sans se dessécher, se nourrir sans se déshydrater, en rire sans en pleurer, tout simplement, pour se réaliser.