Archive for the Tout venant Category

Tracks et dj set

Posted in Tout venant on 5 septembre 2011 by Le Grand Méchant Loup

Globalement, mes tracks « unrealeased » sont ici :

http://soundcloud.com/search?q%5Bfulltext%5D=le+grand+mechant+loup

Et les écoutes pour les soirées Freakshow sont là :

de plus, si vous êtes DJ, liveur, artiste performeur, photographe, jongleur, marabout, fakir, dompteur de lama, contortioniste, analyseur de spectre, échappé de l’asile…portez vous candidats à nos soirées tremplins, une place aux meilleurs pour se produire avec nous au BATOFAR ! Les détails par ici :

https://www.facebook.com/groups/freakyshow/

Histoire de boite

Posted in Tout venant on 2 juillet 2010 by Le Grand Méchant Loup

Pandore n’était qu’une illusion, une image qu’on ose à peine caresser de ses pensées, de celles qui viennent à l’orée du sommeil. De celles qui labourent les âmes fragiles et rêveuses. De celles qui rendent fou d’insomnie parfois.
Pandore, c’était ne plus avoir peur du lendemain qui se lève toujours trop vite, cette magie noire inexorable qui s’incruste et habite. Magie contre magie, réalité contre esprit, Pandore était une promesse qu’on sait mensongère, car on nous l’a…enseigné. Préparé en bon petit soldat, plomb coulé, moulé dans un corps qui de fait, ne devient plus qu’une enveloppe meurtrie au fil des années.
Mais Pandore n’est qu’un mot, la conscience en est un autre. Notre chance, la dernière, c’est cela. Exactement. La conscience. Celle qui n’existe presque plus désormais, qui disparait peu à peu, glissant au fil des images martelées sur les murs, les écrans, les livres de bonne conduite. Un jour peut-être, ce qu’il convient de faire prendra un autre sens, pour tous, pas que pour moi. Et chacun fera, ce qu’il convient de faire, pour lui, sans oublier les autres.

Ou ne pas être.

Posted in Tout venant on 28 mai 2010 by Le Grand Méchant Loup

Cristal

Posted in Tout venant on 20 mai 2010 by Le Grand Méchant Loup

Comme des notes trop rapides
Rien ne reste que la sensation d’une chose
Arrivée là, brutale et sourde
froide, métaux choqués
Hardcore déstructuré
Comme la casse d’une jambe mal soudée
Craque et disparait
Juste cette impression
Sur une embarcation sans rame
Portée par les fluides
Secs et rêches, assouplissement du dehors
Enervement du dedans
Frappe longuement
A cette porte résolument bloquée
Hardcore sépulcre.

Ouvrages sur la chimie interieure

Posted in Tout venant with tags , , , on 8 mai 2010 by Le Grand Méchant Loup

« L’amour est le plus ambigu des sentiments. Il modifie la chimie du corps, sécrétant des molécules qui favorisent les « pensées obsessionnelles ». Celui qui y succombe ne pense plus qu’à l’être aimé. Mais l’amour libère aussi de la peur lorsque la relation prend forme et cela peut déboucher sur la confiance réciproque, grâce à des hormones de l’attachement. C’est ce qu’explique Sébastien Bohler, journaliste scientifique dans un des trois livres de la série* qu’il vient d’écrire, de petits ouvrages très bien illustrés par Véronique Durruty qui réalise un travail artistique autour des émotions. L’auteur, qui a notamment une formation de docteur en neurobiologie, y rend accessible les dernières découvertes des neurosciences. Il y détaille même pourquoi l’amour fait perdre l’appétit et pourquoi il fait apparaître l’être aimé comme pétri de qualités.
Dans un deuxième livre, le même auteur s’intéresse au bonheur. « Un rayon de soleil surgissant entre les nuages, un rire qui s’élève dans une conversation : tout d’un coup, tous les soucis disparaissent… », écrit-il. « Les instants de bonheur, où l’on ressent cette palpitation interne inimitable, sont souvent liés à un effet de surprise. » Mais certaines personnes semblent globalement plus rayonnantes, plus optimistes que d’autres. D’où cette question : la prédisposition au bonheur serait-elle inhérente à notre tempérament, inscrite dans nos gènes ? Sébastien Bohler y répond avec beaucoup de clarté et il détaille les clés qui permettent d’accéder au bonheur.

Enfin, dans un troisième ouvrage, il s’intéresse aux émotions en fonction des âges, par exemple à la capacité des enfants de passer du rire aux larmes, de s’émerveiller ou encore de se mettre très vite en colère. Selon lui, les plus jeunes vivent leurs émotions de façon entière, sans arrière-pensée car ils ne disposent pas encore des circuits cérébraux nécessaires pour prendre du recul par rapport à leur ressenti, que ce soit pour le modérer ou le dissimuler. Quant aux émotions des adolescents, elles se caractérisent à la fois par leur force et leur nouveauté. Il explique par la neurobiologie le comportement rebelle qui caractérise cette période de la vie, mais qui heureusement ne dure pas.

* Bonheur, Amour, Enfants ; « Les émotions, comment ça marche ? » éditions Aubanel, 72 pages et 9,90 euros par ouvrage  »

Ca a l’air pas mal…mais la question reste entière lorsque on reste au stade émotionnel de l’enfance ou l’adolescence !!!

Douce

Posted in Tout venant with tags , , , , , , on 8 avril 2010 by Le Grand Méchant Loup

Ma douce,

En cette année tumultueuse à peine débutée, j’ai appris tes tourments.

Ils me sont bien pénibles à entendre et je t’envoi cette lettre pour te dire ma compréhension.

Sous l’ombrelle, à l’écart du kiosque, dans ce jardin maintes fois arpenté, j’ai le loisir de m’épancher. Elles sont si loin ces années folles qui nous portaient, et pourtant si proches, tu es comme le fantôme évanescent qui vient me toucher lorsque je me dissipe.

J’eu désiré être là, avec toi, dans ces moments terribles pour te dire ma foi en toi, hélas, je suis loin et le seul outil est ma plume pour toucher ton esprit.

ici le pays est aride et hostile, mais il m’apporte enseignements. Ton âme aujourd’hui est meurtie et déchirée, tes pensées tournent à t’en donner vertiges et folies.

Plonge en toi, ton apaisement en dépend. Dédaigne les drames inopinément nés en toi. Ecoute toi et tout deviendra plus simple.

Sois heureuse, vis ce jour le regard tourné vers l’autre.

Ta douce

Ludmila

Katana

Posted in Tout venant with tags , , , , , , , , , , on 7 avril 2010 by Le Grand Méchant Loup

Pas un avaleur de sabre
Pas un saltimbanque déguisé pour faire rire les passants
Pas un samouraï déshonoré

Juste un mec, un peu trop…ou pas assez…qui dérivait par là sans se douter
Qu’encore une fois une lame viendrait se planter dans un endroit de son corps pas encoeur cicatrisé.

Mes mains s’agrippent au métal profondément encastré, elles serrent la lame de toutes leurs forces, le métal coupe la chair millimètre après millimètre, la douleur est telle que je pourrais tout lâcher.
Mais mes mains se referment comme des mâchoires et lorsque la prise est bonne, que l’os est atteint, elles se mettent à tourner de 180°.

L’arme fait craquer mon thorax, les os s’écartent, la chair fuit, le sang innonde mon corps et j’essaye de tourner un peu plus, pour arriver à la trouver, cette souffrance en moi qui doit bien naitre quelque part.

Je vais l’avoir, ce n’est qu’une question de centimètres.

Mais mes bras deviennent plus faibles et retombent. Et une sensation étrange m’envahit, ça y est, je n’ai plus mal, j’ai trouvé la source et je l’ai anéantie.

Un sourire me vient aux lèvres, voilà j’ai réussi.

Mais…c’est ma vie qui s’en va…j’avais pas vu ça comme ça.

Mieux vaut écrire que guérir vu mes talents de chirurgien.