Archive pour humeur

Bonne âmeur humoureuse

Posted in Les Mauvaises Humeurs de Watt with tags , , , , on 9 mai 2010 by Le Grand Méchant Loup

Avec des « et si », on règle tout.

Avec des « pourquoi » on répond à tout.

Et si la vie devait se prendre au deuxième degré, avec ce cynisme propre à certain, alors le pourquoi ne deviendrait qu’une plaisanterie qu’on lance à l’assemblée, si fort qu’il en perdrait son sens premier. Et le sens lui même, bête hideuse parfois, souvent lorsque tant de mots sont là pour le nommer, muterait en hydre clownesque aux faces maquillées.

Loin de la dérision et de l’absence d’interêt toutefois, loin d’un amour nécessaire à donner, juste recul des choses, pour pouvoir offrir sans se dessécher, se nourrir sans se déshydrater, en rire sans en pleurer, tout simplement, pour se réaliser.

Publicités

Tu es à moi

Posted in Les Mauvaises Humeurs de Watt with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 18 mars 2010 by Le Grand Méchant Loup

Quelques minutes de réflexion sur le sacro-saint Amour…

Qu’en est-il véritablement ?

N’est-ce pas un leurre, encore ? Posons nous la question de savoir pourquoi nous aimons.

On imagine à la base le seul sentiment désintéressé, le seul dénué du noir de la nature Humaine, celui qui transcende. Oui, ok, quand on est à l’école primaire, on peut y croire…mais à bien raisonner, il n’échappe pas au mécanisme de nos pulsions et de la gratification que l’on recherche en permanence…On aime l’autre rarement pour l’autre, mais plus souvent pour soit. Parce que l’autre nous apporte une gratification, un plaisir. Et si l’autre disparait, ce n’est pas tant sa présence qui nous manque mais le bien-être qu’il nous apportait. Notre système nerveux, façonné par nos origines socio-culturelle cri de ce manque. De la même manière, si l’objet de notre gratification apporte du plaisir à quelqu’un d’autre, notre désir de dominance se trouve meurtri…et la jalousie débarque, furie tapie dans l’ombre de nos peurs.

L’amour, et c’est relativement désagréable à écrire, est la résultante d’un désir égoïste, quelle que soit la forme qu’il prenne…

Comment croire que nos pulsions soient uniques ? Comment penser que l’autre n’a d’autre désirs que de satisfaire celui qu’il aime ?

De fait, est-il possible de s’abandonner ? De renoncer à vouloir maitriser les pulsions de l’être aimé ? Difficile dans un contexte judéo-chrétien, difficile dans un milieu de consommation, de propriété.
Dur dur de se départir de ce schéma gravé dans ce que nous sommes…Peut-être impossible d’ailleurs, alors que ce serait la seule solution pour vivre en harmonie, accepter les désirs de l’autre, les reléguer au second plan pour laisser s’épanouir un amour libre de la volonté d’appartenance, libre de toute dominance, dans le respect de l’autre, sans entrave.

J’aimerais y arriver, mais honnêtement, suis-je assez fort ?

Et ça me colle de mauvaise humeur !

Maintenant le dictat ça suffit.

Posted in Les Mauvaises Humeurs de Watt with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 26 février 2010 by Le Grand Méchant Loup

Le pire des dictats n’est pas celui qu’on nous impose en ce moment, non, ce n’est pas cet autoritarisme sucré qu’on nous injecte à dose mesurée pour nous faire oublier de penser librement.
On y reviendra à celui là, mais déjà, il nous faut nous débarasser d’un joug, car il s’agit bien de cela, ancestral, qui a marqué nos civilisations jusqu’à devenir un atavisme incontournable.

Ceux qui savent l’auront deviné, il s’agit bien sûr DES Religions.

Il suffit d’avoir un éclair de lucidité pour s’apercevoir de la profondeur des liens qui unissent l’Homme et ses religions.

D’accord, c’est un sujet qui a été maintes et maintes fois ressassé, et il ne sera certainement plus écrit de grandes nouveautés en la matière…mais la religion s’est-elle renouvelée elle ? Non, bien sûr, alors je m’arroge d’office le droit à la litanie !

N’étant pas agrégé de théologie, je me contenterai d’évoquer les mécanismes psychologiques induits par l’utilisation de la religion sur l’Homme (remarquez, de quel droit ? Je ne suis pas psychiatre !).

L’Homme a selon moi toujours eu besoin d’exprimer une part de mysticisme..c’est très probablement dû à une cause toute bête qui s’appelle la conscience. Alors lorsqu’il a fallu « civiliser » la race humaine, quoi de mieux qu’une bonne dose de peur mystique pour remettre les brebis égarées dans le droit chemin…
Voilà donc le premier facteur basique, imposer et contrôler par la peur. L’Enfer éternel.

Mais ça ne suffit pas…de fortes têtes refusent la peur. Qu’à cela ne tienne, on va bien trouver autres choses, se dirent les premiers gourous pendant leur brainstorming de pré-lancement.

Comment exploiter la conscience sur des paramètres différents ? Et une idée géniale sortit du chapeau…nous allons faire culpabiliser les gens, dirent-ils (les fumiers, on morfle sévère avec ça, de générations en générations).

Et tout le génie de cette idée grandiose, c’est qu’elle peut se décliner sur de multiples catégories…

Tout d’abord…le Christ a souffert (parlons pour simplifier du Christianisme si vous le voulez bien). Ah oui, il a souffert le pauvre, il s’est tapé des bornes avec une croix sur l’épaule droite, de quoi filer une tendinite à n’importe lequel d’entre nous sur les 10 premiers mètres.

Et il a souffert pour nous, pauvres pêcheurs.

Nous sommes donc obligé par notre conscience à ne pas vivre une vie heureuse…et il nous faut porter notre croix chaque jour (que Dieu fait…). L’aboutissement de ce concept nous amène donc au lieu commun qui consiste à dire que la vie est dure et que souffrir est normal. Je ne trouve de réconfort que dans la souffrance que je met à m’imposer tout seul un dictat de convention collective et de « conscience commune ». Tu dois souffrir mon fils, comme j’ai souffert.

Ensuite est venu le temps de culpabiliser les gens par amour.
Dieu est bon, Dieu est amour, il vous la met dans le cul mais avec le sourire béat qui vous fait tout oublier.
Et si on aime pas tout le monde ?
Il ne vous reste qu’à culpabiliser d’être mauvais et à vous repentir, vous et vôtre âme noire, brrrr, le mal vous êtes.

Et on poursuit la déclinaison de l’amour, on crée les prisons, celle du mariage et de l’adultère. On érige bien haut les devoirs…les « commandements ». Ce seul mot veut tout dire. Les religions ont été créées par des MILITAIRES ! Voilà, maintenant vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas.

Avec toutes ces méthodes qui se combinent, un joli manuel du « comment il est obligatoire de vivre » a pu voir le jour.

L’heure de gloire a sonnée pour les généraux en toge de gonzesses.

Et la race humaine reprend en choeur, de plus en plus fort.

Même les athées d’aujourd’hui n’échappent pas aux névroses induites par des siècles de propagande et de régime fachisant.

Les cabinets de psy ne désemplissent pas, tout le monde est dépressif et personne ne dit la vérité à personne, ou alors de simples hurluberlus inécoutables par les gens assoiffés d’oublis.

Et ce n’est pas un hasard si tout s’aggrave. Les Hommes d’Etat ne pourront pas dire le contraire. Rien n’est dû au hasard malheureusement dans ce monde qui devient tellement prévisible qu’on a envie de se tirer une balle dans le pied plutôt que de continuer à se torturer le regard.

Appelez-ça la mondialisation, appelez ça de l’uniformisation, moi j’appelle ça du globalisme…comme si le globe était victime du vandalisme de l’Homme.

Avec le background qu’on a, voilà le résultat.

Conclusion, déchirez votre carte du parti et baisez la femme d’un pote le dimanche matin lorsqu’il est à l’église.

Ceci n’est pas du prosélytisme.

Et ce qui est dit reste encore à dire.

Le temps des secrets

Posted in Tout venant with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 15 février 2010 by Le Grand Méchant Loup

Les époques se superposent, une image du passé collée sur un présent blanchi, le décors ne bouge pas, les corps si.